Bien vivre le handicap d’un frère ou d’une sœur

Le handicap est parfois une affaire de famille. Mise à mal, la fratrie peut se sentir désemparée, voire délaissée. Un groupe de parole leur vient en aide.

Merlinpinpin visuel petit

Développer la tolérance par le vivre ensemble

Merlinpinpin agit en Ille-et-Vilaine pour favoriser dès le plus jeune âge la mixité entre enfants valides et enfants handicapés.

Dans les familles où l’un des enfants est en situation de handicap, la fratrie est souvent mise de côté. Les frères et sœurs peuvent souffrir d’un manque d’attention et rester dans l’incompréhension. L’association a mis en place un groupe de parole « Mon frère, ma sœur est différent », pour leur donner un espace de parole et d’écoute.

Trouver sa place pour renouer les liens familiaux

Lorsqu’un enfant est handicapé ou atteint de maladie chronique, c’est tout l’équilibre familial qui vacille. Le groupe de parole de l’association Merlinpinpin s’adresse aux frères et sœurs de 3 à 14 ans. Ils y appréhendent les difficultés quotidiennes, leur stress, leurs interrogations, leur peur d’être atteint eux-mêmes d’une maladie grave.

Au contact d’autres enfants vivant la même situation, la honte de s’exprimer et de confier leurs maux s’effacent. Leur témoignage reste anonyme, eux seuls décident ou non de partager ce qu’ils ressentent avec leurs proches.

Une résonance forte

Animées en binôme par une éducatrice spécialisée et une psychologue, les séances utilisent plusieurs supports pour aborder les sujets. La colère, le regard de l’autre, la relation aux parents, autant de thèmes initiés par le visionnage d’un film, la lecture d’un livre ou la réalisation d’un dessin.

La première session a rencontré un vif succès. Deux groupes d’âges différents (6-10 ans et 11-18 ans) se sont retrouvé au cours de 6 séances d’1h30. Chacun a pu trouver du soulagement et rompre un certain isolement psychologique. De nouvelles sessions sont envisagées dans un rayon de 50 kms autour de Rennes, où la demande des familles est importante.

« Nous avons pu rémunérer la psychologue et l’animatrice spécialisée, jusqu’ici bénévoles. Une façon de mettre en avant leur travail par une démarche professionnalisante. Leurs compétences particulières sont nécessaires au bon déroulement des groupes de parole. »

Voir tous les projets